Lettre d'informations


Aidez-nous, faites un don!

Faites un don à l'Association St-Pie X de Picardie! C'est un moyen de soutenir notre action et de nous permettre de persévérer dans la durée.
A l'avance, toute notre reconnaissance à nos bienfaiteurs! 
 

Syndication

Vers la fin de la communion dans la main dans l'�glise conciliaire ? Version imprimable Sugg�rer par mail

L‘événement arrivé à Rome pour la Fête-Dieu, le 22.05.08, va lui aussi changer peu à peu l'ambiance et la perspective, comme ne cesse de le faire le motu proprio du 07.07.07 : Benoît XVI, célébrant la messe à Saint-Jean-de-Latran, avait fait disposer un agenouilloir pour les communiants, et donné la communion seulement selon le rite.

On ne pourra plus dire que les catholiques ne voulant pas de la communion dans la main sont des intégristes, des schismatiques, des dissidents exclus de la participation à la « pleine communion ».

Quasiment plus personne ne sait aujourd'hui quand, ni comment, ni pourquoi, ni par qui la communion dans la main a été installée dans les églises catholiques et même dans la plupart des monastères.  Ce fut un coup de force, une sorte de coup d'Etat ecclésiastique, qui eut lieu du 29 mai au 19 juin 1969.   Le 29 mai 1969 est la date de l'Instruction Memoriale Domini, « rédigée par mandat spécial du Souverain Pontife Paul VI » et « approuvée par lui-même » ; elle est promulguée par la Congrégation du culte divin, elle porte les signatures du cardinal Gut, préfet, et d'Hannibal Bugnini, secrétaire.

Cette Instruction pontificale constate que « certains » ont demandé la communion dans la main, et même ont pratiqué cette façon de faire sans attendre l'autorisation demandée. Là contre l'Instruction révèle que le Saint-Siège a déjà consulté à ce sujet tous les évêques de l'Eglise latine et qu'une très forte majorité d'entre eux est hostile à la communion dans la main. Avec un ample exposé des motifs, l'Instruction explique pourquoi « le Souverain Pontife n'a pas pensé devoir changer la façon traditionnelle de distribuer la communion aux fidèles », et lance une exhortation solennelle à « respecter attentivement la loi toujours en vigueur et qui est confirmée à nouveau, en prenant en considération tant le jugement émis par la majorité de l‘épiscopat que la forme utilisée actuellement et enfin le bien commun de l'Eglise ».

L'Instruction se terminait en ajoutant que « là où est déjà introduit » l'usage de la communion dans la main, il appartiendrait aux conférences épiscopales de régler l'affaire au cas par cas.

Par cette exception à peine entr'ouverte est passée aussitôt une impérieuse généralisation de la communion dans la main, contre la volonté clairement exprimée du Pape et de la « forte majorité » de l‘épiscopat.

Dès le 6 juin 1969, c'est-à-dire seulement une semaine plus tard, la même Congrégation, avec pour préfet le même cardinal Gut, envoie à la conférence épiscopale française (et sans doute aux autres conférences européennes) une « Lettre » qui transmet l'Instruction précédente, l'interprétant comme l'autorisation générale de l'« introduction du nouveau rite », promu au rang d‘être « la nouvelle manière de communier », sans plus aucun rappel de la condition restrictive du « seulement là où ».

Puis, au terme de sa réunion du 17 au 19 juin, le conseil permanent de l‘épiscopat français publie en « communiqué » une « Note » qui parachève le coup de force. Au nom du « souhait de plus en plus fortement exprimé », et parce que le Saint-Père aurait « pris en considération le fait que des désirs très nets s'expriment en certaines régions », cette Note tourne allègrement le dos à l'Instruction du 29 mai et à son injonction de conserver le rite traditionnel de la communion.

Le 20 juillet 1969, dans une déclaration publique, le cardinal Gut gémit sur les initiatives liturgiques prises sans autorisation : « On ne pouvait plus, bien souvent, les arrêter, car cela s‘était répandu trop loin. Dans sa grande bonté et sa sagesse, le Saint-Père a alors cédé, souvent contre son gré. » Il a bien dit : « souvent ».

Dans les débuts de son pontificat, Jean-Paul II distribuait la communion seulement sur la langue. Puis il a cédé lui aussi, sous la formidable conjugaison de la pression intérieure exercée par le parti révolutionnaire et de la pression extérieure qui est en permanence celle des médias profanes.

Mais, depuis la Fête-Dieu du 25.02.08, a ouvertement commencé le retour à la communion reçue à genoux et sur la langue.

JEAN MADIRAN

Article extrait du n° 6599 de Présent, du Vendredi 30 mai 2008

Lire également La forme traditionnelle de la communion, selon le cérémoniaire du pape

 
< Pr�c�dent   Suivant >
 
Blog « Amiens, des catholiques à la rue »