Réactions officielles Version imprimable Suggérer par mail

Réactions du Père Lelong, Madame Huguette Pérol, l'association La Paix liturgique.

 

 

La Lettre de Paix liturgique  –  16 novembre 2007  –  Numéro 70
 
Entorse à la Charité à Amiens
 
On voudrait ne pas y croire tellement la situation est surréaliste. Pourtant, aujourd’hui, à Amiens, des familles, de jeunes enfants sont contraints d’assister à la messe dans la rue, dans le froid et sous la pluie. Disons le d’emblée, ces familles assistent à la seule messe traditionnelle célébrée à Amiens, une messe célébrée par l’abbé Lorber, un prêtre de la Fraternité-Saint-Pie. Cela en fait apparemment pour les autorités ecclésiastiques locales, des chrétiens de seconde catégorie, des lépreux, des étrangers, des pestiférés, en tous les cas pas des prochains au sens évangélique.
Au-delà des sensibilités, au-delà des divergences de vues, les événements d’Amiens dépassent largement la question de la Fraternité Saint-Pie-X et sont révélateurs de la haine et de la culture du mépris qui continuent de sévir dans nos diocèses de France à l’endroit des fidèles et des prêtres désireux de vivre leur foi au rythme de la forme extraordinaire du rit romain. C’est donc bien volontiers que nous tendons la main à nos amis et frères d’Amiens et en appelons à l’union de tous les catholiques de bonne volonté afin que cesse définitivement l’exclusion.

Du Père Michel Lelong, prêtre, missionnaire Père Blanc, ancien Secrétaire du Secrétariat de l'Eglise de France pour les relations avec l'islam.
“Au mois de juillet dernier par le Motu Proprio sur la messe tridentine, le Saint-Père a appelé tous les catholiques à la réconciliation dans la fidélité à la Tradition de l'Eglise et dans l'obéissance au Saint-Siège. Comme d'innombrables prêtres et fidèles, j'espère et je demande à Dieu que cet appel soit entendu de tous. Dans ce contexte, j'ai été étonné et déçu d'apprendre qu'à Amiens, l'évêque de cette ville n'avait pas accepté de mettre une église à la disposition de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X pour y célébrer la messe. J'espère que, dans un dialogue serein et fraternel, l'évêque d'Amiens acceptera de revenir sur cette décision. Ce serait, me semble-t-il, un geste qui contribuerait à la réconciliation à laquelle nous appelle Benoît XVI.”

Huguette Pérol, auteur du livre Les sans-papiers de l’Eglise
“Ayant accueilli avec joie le Motu proprio du Saint Père, tant attendu, qui rend à la messe de Saint Pie V la place qu'elle n'aurait jamais dû perdre, je suis consternée de l'attitude de certains évêques français qui semblent de pas vouloir accepter les instructions du Saint-Siège. A cet égard, le refus opposé par l'évêque d'Amiens à la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X me paraît contraire à l'esprit qui a inspiré Benoît XVI dans sa volonté de redonner toute sa place à la liturgie traditionnelle. En vous assurant de mon soutien et de ma fidélité.”
 
< Précédent   Suivant >
 
Blog « Amiens, des catholiques à la rue »