A 75 jours de la visite du Saint P�re en France : un �cho diplomatique de Rome : Version imprimable Sugg�rer par mail

L'archevêché de Paris cherche à empêcher que le pape donne la communion aux fidèles à genoux et sur la langue lors de son voyage en France.

En nous appuyant sur des sources très fiables, nous pouvons dire, sans entrer dans trop de détails, que la préparation de la venue en France du Saint Père, en septembre prochain, donnerait lieu à des négociations relativement difficiles.

Ces négociations soit directes, soit, selon l'usage, menées par l'intermédiaire de l'ambassade de France auprès du Saint-Siège, mettent face à face les représentants du Saint-Siège et les autorités ecclésiastiques françaises (le pluriel ne devant pas faire oublier que le cardinal André Vingt-Trois est à la fois archevêque de Paris, où le pape résidera deux jours, et président de la conférence des évêques de France). Il semble même que l'on ait parfois fortement haussé le ton du côté des interlocuteurs romains devant les réserves et les freins opposés par les autorités ecclésiastiques françaises.

Monseigneur Guido Marini, cérémoniaire pontifical, qui s'est rendu à Lourdes et à Paris au milieu du mois de juin a présenté un certain nombre de « désirs » concernant le déroulement des cérémonies ainsi que le mobilier et les objets liturgiques à utiliser lors de la visite du pape (il a notamment écarté l'usage des coupelles ou des corbeilles de communion et a exigé l'utilisation de ciboires de forme traditionnelle). Pour la concélébration sur l'esplanade des Invalides, l'archevêché à prévu que les 300 prêtres qui doivent concélébrer seront revêtus de chasubles, mais il ne tient nullement à réduire ce nombre considérable qui va tirer la cérémonie vers le style des JMJ. Et surtout, Mgr Vingt-Trois ne manifesterait aucun empressement à répondre à la demande de Mgr Guido Marini qui voudrait que le pape puisse distribuer à Paris la communion aux fidèles à genoux et sur la langue.
La question de la participation des prêtres venus de toute la France aux diverses cérémonies n'a pas été évoquée, mais on sait qu'à Paris, l'archevêché voudrait exercer un contrôle rigoureux et éviter autant que possible « l'infiltration » de prêtres traditionalistes, qu'ils soient membres des communautés Ecclesia Dei, ou pire encore de la Fraternité Saint-Pie X, qui espèrent pourtant pouvoir venir en nombre.

L'archevêché de Paris a prévu que Benoît XVI inaugurera le somptueux ensemble du collège des Bernardins (faculté de théologie, centre d'études et de conférences sur le dialogue de la culture avec le christianisme), réalisation nouvelle dont s'enorgueillit le diocèse (et qui jouxte pratiquement l'église Saint-Nicolas-du-Chardonnet, où le pape pourrait éventuellement se rendre en quelques pas...). En revanche, il s'oppose fortement à ce que le Saint Père réponde à l'invitation de l'Institut de France (le pape en est membre : le cardinal Joseph Ratzinger avait été reçu à L'Académie des Sciences Morales et Politiques, le 6 novembre 1992, et y avait prononcé un discours sur « La théologie de l'Alliance dans le Nouveau Testament », le 23 janvier 1995). Cette invitation à se rendre au Quai de Conti est fortement soutenue par Jean Foyer, ancien Garde des Sceaux, tenu pour « traditionaliste » par les évêques de France.

Fondamentalement, les instances dirigeantes de l'épiscopat et l'archevêché de Paris craignent que le pape tienne un discours trop « négatif » à propos de l'Église de France, qui pourrait sembler être un écho aux remontrances de ceux que le cardinal Vingt-Trois qualifie de « groupuscules » (les traditionalistes ou assimilés) : dérives de certains théologiens, chute des vocations sacerdotales et religieuses, nécessité de la réorganisation de la carte des diocèses, perte de contact entre l'épiscopat et les prêtres de terrain, surtout les prêtres des nouvelles générations.


Commentaires de Paix Liturgique

Ces informations illustrent une fois encore le sérieux des déclarations officielles au terme desquelles "il n'y a pas de problème liturgique en France, nous avons le soutien du Pape..." que servent - non sans arrogance - les détracteurs du Motu Proprio aux fidèles qui en demandent la mise en oeuvre.

Il y aura certainement des esprits mal intentionnés qui prétendront que ces informations sont erronées. Tant pis, il n'y a pire aveugle que celui qui ne veut voir... Quoi qu'il en soit, tout ceci est bien réel. Nous remercions vivement Monsieur Henri Tincq, qui dans son article publié le 2 juillet dernier dans le Monde, répond directement au document sur lequel se fondent nos informations et partant, en confirme l'existence.

Si nous devions néanmoins ne relever qu'un point de tout cela, ce serait la constatation du fait que nous ne sommes pas les seuls à remarquer à quel point nos pasteurs ont perdu le contact avec la réalité. Ce n'est d'ailleurs pas faute d'avoir tenté de les aider à ouvrir les yeux (Sondages Ipsos de 2001 et CSA de 2006) mais il n'y a pas plus aveugles que ceux qui ne veulent pas voir... Dans les deux cas, plus de 15 % des catholiques souhaitent vivre au rythme de la liturgie traditionnelle (alors que beaucoup répétaient incantatoirement que cela était interdit) et moins de 5 % « refusaient » que cette messe soient célébrée... pour les autres ! Et encore, ces chiffres ont-ils été donnés avant la publication du Motu Proprio, à une époque où le Saint Père n'avait pas concrètement réhabilité la messe traditionnelle.

Comment comprendre qu'au nom de l'unité l'on continue de s'appuyer sur une minorité, pour continuer à exclure les milliers de familles qui souhaitent vivre leur foi au rythme de la forme extraordinaire du rite romain ou faire croire qu'il n'y a que peu de demandes, alors qu'actuellement l'ensemble de celles-ci dépasse les 900 !

Comment ne pas voir que toutes les turbulences qui se poursuivent aujourd'hui n'auraient pas eu lieu si le dialogue et la charité avaient toujours été la juste règle ! Juste un souvenir d'il y a un peu plus de 30 ans : celui où, jeunes chefs de troupe Scouts d'Europe, nous nous sommes vu refuser la communion à Saint Pierre de Montrouge... car nous voulions communier à genoux ! (1)

Rappelons que nous ne demandons rien d'autre que de pouvoir vivre notre foi catholique comme l'église l'a toujours permis (Motu proprio Summorum pontificum, Article 2 « Il est donc permis de célébrer le Sacrifice de la Messe suivant l'édition type du Missel romain promulgué par le B. Jean XXIII en 1962 et jamais abrogé...») et que notre souhait est de participer dans nos paroisses et nos diocèses à la vie de notre église, comme tous les autres catholiques.

Sylvie Mimpontel
Présidente du mouvement pour la Paix Liturgique et la Réconciliation dans l'Église.


(1) La communion à genoux et dans la bouche reste pourtant la règle en vigueur dans l'Eglise catholique, la communion dans la main n'étant qu'un indult, une concession. Lire le témoignage du cérémoniaire pontifical.  

 
< Pr�c�dent   Suivant >
 
Blog « Amiens, des catholiques à la rue »