Réactions des internautes Version imprimable Suggérer par mail
De loin, je suis votre "aventure"... Ma paroisse vient de vivre le grand retour à la liturgie traditionnelle, dans le cadre du Motu Proprio. Ce n'est pas évident de restaurer toutes les anciennes observances du jour au lendemain. Mais, quelle joie ! Parfois, je me dis que nous aurions bien besoin de votre aide, à vous tous, membres et fidèles de la FSSPX... pour le service d'autel, le chant...  La Providence veille; et le temps d'un peu d'honnêteté intellectuelle de la part de notre clergé viendra bien ! Courage !
J-Marie, enseignant.

Les catholiques de Toulouse viennent de nous rapporter les faits suivants :
"Lors de l'explosion d'AZF à Toulouse, l'église Notre-Dame du Férétra appartenant à la FSSPX a été endommagée. La toiture menaçant de s'effondrer, les fidèles ont été hébergés dans un premier dans une salle mise à disposition par la municipalité.
Les autorités religieuses locales du diocèse ont, tout d'abord, déclaré qu'elles n'avaient pas de local à mettre à la disposition des traditionalistes toulousains…
Le dimanche suivant la messe était célébrée, comme à Amiens dimanche dernier, en plein air sur (à côté) la place de la cathédrale par l'abbé de Cacqueray, comme elle le sera dimanche prochain à Amiens.
Aussitôt Mgr Marcus, évêque de Toulouse, conscient de la gêne occasionnée à ces fidèles sans domicile fixe, a ouvert la chapelle de la maison diocésaine pour la durée des travaux de réfection de l'église du Férétra. Cette situation a duré 6 mois. Aucun papier n'a été échangé, une simple promesse entre l'évêché et la Fraternité a scellé ce geste de charité.
C'est en Père attentionné et en Pasteur soucieux de toutes ses brebis que s'est conduit Mgr Marcus ! Qu'il lui en soit rendu grâce !"
Pourquoi Mgr Bouilleret n'en ferait-il pas autant aidé en cela par le Motu Proprio réhabilitant la messe de toujours ?
Pourquoi Monseigneur ?

Je trouve scandaleux qu'un office religieux dusse être célébré dans la rue. Honte à l'évêché d'Amiens d'en arriver à cette extrémité!
Sans doute ont-ils peur que vous leur preniez le peu de fidèles qui leur reste.
Ce n'est pas le fait d'empêcher de vrais catholiques d'aller prier dans une église, qui les rendra plus populaires.
Je suis actuellement sur Paris, mais j'ai vécu de longues années en Picardie, à l'époque où la nouvelle messe commençait à vider les églises.
Je crois en la justice divine. Si la justice des hommes ne veut pas vous rendre raison dans votre requête légitime d'avoir une église pour la messe, le jour venu, Dieu reconnaîtra les siens.
Jean-Luc, Paris

Que les évêques et les prêtres qui ouvrent leur églises aux protestants, voire aux musulmans pour leurs prières, refusent une église aux membres de la Fraternité Saint Pie X est une ABERRATION, un manque total de cohérence ! Car, même si le discours de vos évèques est très critique vis à vis du pape et que, lorsque vous priez pour lui, c'est souvent pour demander à Dieu sa conversion (!), vous êtes toujours plus catholiques que les protestants ou les musulmans!!!
Le manque total de charité exercé à votre égard est flagrant, et n'a pu laisser de marbre les quelques cents catholiques qui assistaient à la messe dans la chapelle chauffée de la cathédrale: tant mieux!
Votre courage silencieux pour assister à une messe dehors par 0° est une preuve éclatante de votre détermination et ne peut qu'emporter tous les suffrages!
Alors je vous encourage à continuer, et surtout je souhaite que vous appreniez à aimer filialement, malgré tous ses manques, cette hiérarchie catholique qui vous rejette pour l'instant, car c'est l'Eglise du Christ, une et sainte !
En union de prières,
Anne G. (23 ans), Yvelines


Ce petit mot pour vous assurer de mon soutien dans votre lutte pour obtenir un toit que l'on refuse injustement à des catholiques alors qu'on l'offre à des hérétiques, des schismatiques et à des fidèles d'autres religions.
Revenu à la tradition dans une structure Ecclesia Dei depuis plus de 5 ans en raison de l'insécurité dogmatique, doctrinale et les liturgies effondrées du N.O.M. Je suis profondément scandalisé par l'ostracisme du clergé (surtout épiscopal) qui touche les clercs et les fidèles attachés à la tradition catholique (et pas seulement ceux de la Fraternité Saint pie X!) dans nos pays de vieille chrétienté, surtout de la part de la Fille aînée de l'Eglise. Et ce, en opposition franche avec la volonté du Saint-Père, de la part de gens qui protestent sans cesse de leur fidélité !  La médisance et les calomnies sont sans bornes quand il s'agit de nous. Continuez votre combat courageusement, l'Eglise a un urgent besoin de vous. Prions pour que le Saint-Père pose un second acte de justice en levant les excommunications injustes qui vous touchent et lave la mémoire de Mgr Lefevre, dont il apparaît de plus en plus chaque jour que les écrits au sujet de la crise de l'Eglise sont prophétiques.
Franz, cadre hospitalier
 
"Bonjour,
Je suis un amiénois d'origine qui vit à Lyon. Lyon est une ville où toutes les communautés spirituelles sont respectées.
Pour le citoyen libre penseur que je suis, le maintien de la tradition chrétienne est essentielle au bon fonctionnement de notre société.
Comment admettre que des chrétiens soient obligés de prier dans la rue ? Pour moi, cela ne se comprend qu'à travers le triomphe sans partage de l'individualisme et du consumérisme.
Ce sont nos institutions, qu'elles soient politiques ou religieuses, qui sont en charge de l'éducation de nos enfants. Elles doivent les protéger des dérives de la société de consommation.
Comment peuvent-elles atteindre cet objectif en empêchant certaines familles de vivre leur foi dans la dignité ?
Comme écrivait Léon Bloy : "Il faut penser à l'incroyable anémie des âmes modernes dans les classes dites élevées, pour bien comprendre l'eucharistique succès de l'évangile du Rien."
Au moment même où les traditionnalistes redeviennent des catholiques à part entière, ils sont jetés à la rue, c'est inadmissible.
S. B.
 
Par la lettre de paix liturgique, je suis de très loin les difficultés rencontrées à Amiens, mais je suis outré et blessé… Comment peut on laisser une telle situation "pourrir" ainsi depuis plusieurs dimanches ?

L'Evêque du lieu est-il sourd ? Ne voit-il pas le nombre, la dignité, la piété des personnes rassemblées sur son parvis. Les collectivités territoriales ne peuvent pas ne pas être au courant… alors que le moindre syndicat, parti politique, association peut solliciter une salle, que celle-ci est accordée au motif de la démocratie, de la tolérance, la liberté et autres grandes idées généreuses, alors qu'il n'y a aucun trouble à l'ordre public, pourquoi refuse-t-on un lieu de culte ?

Si une personne âgée, par le froid, prenait un malaise ou venait à décéder devant la cathédrale lors d'une cérémonie l'Evêque lui porterait-il secours si l'on sonnait à sa porte ? Lui administrerait-il les derniers sacrements ? Aurait-il conscience qu'il porte une lourde part de responsabilité ?

En ce temps de la Nativité je souhaite un Joyeux Noël à l'abbé LORBER ainsi qu'aux fidèles d'Amiens. Je les assure de tout mon soutien.
Pierre Astor
 
 
Quel malheur d'assister à un tel  sectarisme ! La tolérance est la version laïque et socialement acceptable de l'acceptation de l'autre. Même si la tolérance n'était pas un point fort des "traditionnalistes", une fois ces épreuves traversées et une fois socialement "réinstallés", il ne faudra pas oublier les vertus de la tolérance. Courage, vous réussirez. Le chemin des tribulations est aussi celui de la purification. Vous oeuvrez pour que notre pays retrouve une partie oubliée de son âme.
 
 
Chers amis!
La nouvelle que vous avez été privés de votre église à Amiens nous est parvenue.
Nous sommes pleins d'estime pour votre détermination et votre fidélité à la Foi catholique.
Nous pensons é vous dans nos prières.
Nous vous confions à la protection de L'Immaculée.
Catholiques de Pologne (Chapelle de Gdynia)
 
< Précédent   Suivant >
 
Blog « Amiens, des catholiques à la rue »