Que se passe-t-il � Amiens ? Version imprimable Sugg�rer par mail
Novembre 2007. La chapelle du bon Pasteur, à la rue Daire, propriété du Conseil régional, change d’affectation pour être transformée en crèche. La communauté catholique traditionnelle qui y célébrait la messe traditionnelle depuis 23 ans est obligée de la quitter. Après une année de démarches vaines auprès des autorités locales (Commune, Conseils régional et général), ainsi que l'élaboration d'un projet avorté de rachat d'une chapelle privée, se retrouvant dans la nécessité la plus élémentaire, elle s'adresse à l’évêque d’Amiens, Mgr Jean-Luc Bouilleret, père de tous les catholiques du diocèse, quelle que soit leur dénomination, pour solliciter de sa bienveillance la mise à disposition, ne fût-ce que quelques heures chaque dimanche, d’un édifice, à Amiens ou dans sa proche banlieue.
Le pape Benoît XVI a montré pour sa part, notamment à travers le Motu proprio du 7 juillet dernier, sa volonté de travailler à « une réconciliation interne au sein de l’Église », en « ouvrant généreusement son cœur » : le geste d’accueil de Mgr Bouilleret s’inscrirait ainsi dans la ligne de ce désir du Saint-Père. Des exemples de mises à disposition de lieux de culte, en France, par des évêques diocésains, ont été fournis à Mgr Bouilleret : l’évêque d’Amiens peut donc sans difficulté accomplir pour des catholiques ce que certains de ses collègues ont fait pour des non-catholiques. L’évêché d’Amiens a d’ailleurs pour sa part accompli des gestes forts d’accueil, par exemple en recevant les musulmans sur le parvis de la cathédrale à l’occasion de divers événements : porter secours à des frères catholiques dans la détresse s’inscrirait évidemment dans cette orientation d’accueil et de partage.

Mais, le 16 septembre, une lettre de l’évêque a constitué une fin absolue de non-recevoir : « J’ai le regret de vous informer que nous ne pouvons mettre à votre disposition même temporaire une église affectée sous ma responsabilité », écrit le prélat. Et malgré tous les contacts, malgré toutes les suppliques, sans même avoir accordé à la communauté la faveur d’une rencontre personnelle, Mgr Bouilleret a maintenu depuis ce jour sa décision : pas d’accueil, par de mise à disposition, pas d’ouverture. Que la communauté catholique traditionnelle d’Amiens célèbre donc dans la rue ?

Effectivement, il ne reste plus à la communauté catholique traditionnelle d’Amiens qu’à implorer le Ciel, en célébrant la messe en plein air, malgré le froid et la pluie. Il ne lui reste plus qu’à insister « à temps et à contretemps » auprès de l’évêque pour qu’il revienne sur sa décision et accueille « dans un esprit de générosité », suivant ainsi la demande du pape Benoît XVI, les catholiques de la communauté catholique traditionnelle d’Amiens mis à la rue.

C’est dans cet esprit qu’en ce 11 novembre, fête de saint Martin, l’apôtre des Gaules, celui qui partagea son manteau avec un démuni, la communauté traditionnelle d’Amiens célèbre la messe sur la place publique.

Le Collectif Catholiques à la rue
 
< Pr�c�dent
 
Blog « Amiens, des catholiques à la rue »