Neuvaine à saint Tryphon Version imprimable Suggérer par mail
Saint Tryphon
Avocat des projets immobiliers

 

Saint Tryphon, martyr à Nicée en Bythinie, habitait près d’Apamée, ville de la même province, lorsqu’il fut arrêté avec saint Tespice pendant la persécution de Dèce et conduit à Nicée devant le gouverneur Aquilin (préfet d’Orient). Ce magistrat, dans l’interrogatoire qu’il leur fit subir leur représenta qu’ils étaient en âge de savoir ce qu’ils avaient à faire. « Cela est vrai, répondit Tryphon, aussi désirons-nous atteindre à la perfection de la vraie sagesse en suivant Jésus-Christ. »

Aquilin les fit étendre sur le chevalet, et pendant cette torture qui dura près de trois heures, ils n’ouvrirent la bouche que pour invoquer et bénir le Seigneur. Ensuite, on les exposa à la rigueur du froid qui était alors si violente que leur pieds se gercèrent et se fendirent au point qu’ils ne pouvaient plus marcher sans des douleurs incroyables. Aquilin les envoya en prison, et après qu’ils eurent passé quelques jours, il essaya, par des promesses et des menaces, de sauver leur vie par une prompte soumission ; mais ne pouvant y réussir, il fit percer avec de gros clous leurs pieds qui n’étaient pas encore guéris, fit passer des cordes dans les trous, au moyen desquelles on traîna les deux martyrs par les rues de la ville. Il les fit ensuite déchirer avec des ongles de fer et brûler les côtés avec des torches ardentes.

Ces horribles supplices ne purent vaincre leur constance. Le lendemain, ils subirent un nouvel interrogatoire, à la suite duquel ils furent battus avec des fouets plombés. Enfin, le gouverneur les fit décapiter l’an 250.

Saint Tryphon, que les Grecs honorent le 1er février, avait une église de son nom à Constantinople, près de celle de sainte Sophie. Il y en avait aussi une à Rome sous son invocation ; comme elle tombait en ruines, elle fut unie à celle de saint Augustin, où se trouve une partie de ses reliques, le reste ayant été déposé sous le grand autel de celle de Saint-Esprit in Saxia.

Prière : une dizaine de chapelet en l’honneur de saint Tryphon suivie de trois invocations à ce saint.

 
< Précédent   Suivant >
 
Blog « Amiens, des catholiques à la rue »